Les usages

Dès le XIIè siècle, l’eau de la Durance a été utilisée comme force motrice, puis pour l’irrigation (canal St-Julien à Cavaillon). Au XVIè siècle, l’action d’Adam de Craponne a contribué à un important développement de l’utilisation agricole, avec la mise en valeur de la Crau. Aujourd’hui une part importante du Vaucluse, des Bouches-du-Rhône et du Var est irriguée à partir du système Durance - Verdon.

L’eau de la Durance est un élément majeur de l’économie régionale. Le potentiel hydro-électrique de la chaîne Durance - Verdon représente environ 10% de la production électrique française et constitue un élément clé de l’alimentation énergétique de la région.

La Durance constitue également une ressource cruciale pour l’alimentation en eau potable d’une population importante : le canal de Marseille, construit au XIXè siècle le rappelle chaque jour.

La Durance a également constitué une ressource importante de granulats pour lesquels d’importantes extractions ont été réalisées principalement depuis les années 1960. Aujourd’hui ces extractions ne se font plus dans le lit mineur.

Comme il a été évoqué dans l’article dédié au patrimoine et au paysage, la vallée de la Durance constitue depuis longtemps une voie de communication importante. Concernant les activités sportives ou de loisir, la chasse et la pêche sont les plus représentatives sur l’ensemble du linéaire de la Durance. D’autres activités comme le canoë-kayak, le canotage ou la baignade sont plus localisées (Haute Durance pour le kayak, plans d’eau pour le canotage ou la baignade). Enfin d’autres activités sont moins bien connues du fait de leur caractère diffus et non encadré (randonnées pédestre ou équestres, observation ornithologique, etc.).

Il est à noter que les usages de la rivière restent mal connus dans le détail et en terme de quantification/localisation et fait l’objet, dans le cadre de la préparation du Contrat de Rivière, d’une étude menée par le SMAVD dans un contexte de large concertation. Par ailleurs, dans le cadre du Contrat de Rivière du Val de Durance, une étude va être lancée dans le but de mieux connaître les usages de l’eau afin d’améliorer la gestion et le partage de la ressource.