La qualité de l’eau

La plupart des sources majeures de pollution ont fait l’objet d’investissements importants au cours des dernières décennies. La qualité de l’eau n’est ainsi jamais mauvaise (classe 1B ou 2), mais l’objectif d’une qualité assez bonne (classe 1B) n’est pas atteint partout en raison de rejets persistants, mais aussi et surtout en raison de la faiblesse des débits réservés.

Les réflexions sur l’amélioration de l’assainissement se heurtent à 2 difficultés :
- L’absence d’objectifs clairement définis pour la Durance,
- Les contraintes liées au débit réservé très faible.

L’établissement d’un programme de résorption des pollutions est ainsi subordonné, d’une part à la définition d’objectifs sur les usages de la rivière et d’autre part à la fixation d’objectifs de débits minimums en rivière.

En moyenne Durance, une contamination au mercure a attiré ces dernières années l’attention sur les risques liés à l’usine chimique de St-Auban.

Un bilan de la qualité des eaux de la Durance porté par le SMAVD est actuellement en cours de réalisation, pour établir les fiches actions du volet A (Assainissement / Qualité) du futur Contrat de Rivière.