Le réseau hydrographique

En amont de Serre-Ponçon la Durance est une rivière torrentielle très peu perturbée par les aménagements et présente des caractéristiques très différentes de la Basse et de la Moyenne Durance. Le principal affluent de la Haute Durance est l’Ubaye, qui rejoint la Durance dans le lac de Serre-Ponçon.

De tout temps, et de manière encore plus marquée depuis la réalisation du barrage de Serre-Ponçon, ce sont les affluents de moyenne Durance qui contribuent essentiellement à la formation des crues de la Durance. Il s’agit du Sasse, du Buëch, du Jabron, du Vançon, de la Bléone, du Largue, de l’Asse et du Verdon. Le Buëch, le Verdon et la Bléone (dans une moindre mesure l’Asse) sont les plus importants contributeurs.

En Basse Durance, seul le Coulon (ou Calavon) est susceptible lors de certains épisodes de crue de pouvoir augmenter les pointes des crues de la Durance. Excepté le Verdon, les affluents de la Moyenne Durance, n’étant généralement pas ou peu perturbés par les aménagements, ont souvent conservé leur capacité d’apport de matériaux grossiers à la Durance. Cette dernière ayant perdu une bonne partie de sa capacité de transport solide, du fait de la modification de son régime hydraulique, n’est plus capable de reprendre la totalité de ces graviers et il s’ensuit donc des phénomènes d’exhaussement au niveau des confluents ou dans les retenues.

Depuis les aménagements agro-industriels, l’Etang de Berre est devenu après le Rhône, le second milieu récepteur des eaux de la Durance, via le canal industriel.